« Paris 6e: l’as du teppanyaki a débarqué »instagram-icone-nouveau_1057-2227 - Copie

Article GillesPudlowski:

« C’est la sensation nippone du moment: créé par le groupe Ginza Onodera, voici le teppanyaki le plus soigné de Paris. La façade est si discrète qu’on la remarque à peine. Il y a à onze places au comptoir, un cadre très sobre de pierres apparentes, des fauteuils contemporains, des vins sous verre et, face à vous, les cuisiniers qui officie comme au spectacle.

En lieu et place d’un restaurant coréen, cette pièce d’orfèvrerie gourmande vaut assurément le voyage. Pour cette ouverture parisienne (un lieu du même calibre existe à Londres, Hong-Kong, Hawaï, New-York et, bien sûr, Kyoto), le maître ès teppan Takanori Kanbe a accompagné à Paris son jeune élève, Ryusuke Sato, qui officie ici avec maestria, jouant de la découpe des aliments avec une virtuosité confondante.

Au programme: une découpe précise et sans faille, des produits d’exception (comme le bœuf de Kobé) et une cuisson juste sur la plaque de fer chauffante. On début par un superbe sashimi de bœuf de Kobé, avec sauce ponzu et soja. On poursuit avec les incroyables crevettes grillées dont on mange la carapace débarrassée de ses impureté et réduite en mets croustillant sur la plaque, additionné d’un cappuccino de bisque de homard relevé au cognac.

Ensuite, le foie gras chaud sauté à l’orange. Et encore le saumon d’Ecosse à l’anchois, au gré du moment. La feuille de « Grape Leaf » trempé dans le miel fait un « trou nippon » insolite. Et les salades du japon à déguster avec le doigt, en les plongeant dans une vinaigrette épaissie au sésame font des instants divins. Exquis encore, les légumes grillés, sautés à l’huile d’olive. Juste avant les trois bœuf sauté: tendre Ozaki du Japon, fin Simmental de Bavière, magnifique Kobé qui fond en bouche comme du beurre.

Il y a ensuite le riz à l’ail, sauté aux œufs avec les légumes marins et la soupe miso. Et enfin, le monaka, cette fine pâtisserie genre gaufrette aux haricots rouges qu’on déguste, à la main, avec une glace vanille comme un sandwich. En accompagnement: thé vert, mais aussi jolie sélection de bourgogne, comme l’aligoté d’Arnaud Ente ou le rouge cuvée de Noble Souche d’Arnaud Mortet. Bref, un événement rare, à ne pas louper. »

menus déjeuner 45€ et 80€
menus dîner 95€ et 150€ (supplément de 95€ pour le bœuf de Kobé)

Chefs: Takanori Kanbe et Ryusuke Sato

adresse:
6 rue des Ciseaux
75006 Paris
0142027212
Métro Mabillon
horaires:
du lundi au samedi de 12h à 14h et de 19h à 23h

  • hUGO AND cO

    Hugo & Co

    Le nouveau concept de Tomy Gousset (Tomy & Co): des plats de saison à partager Après a…
  • Baieta

    Baieta

    Restaurant gastronomique 1* Michelin (obtenue en 2018) Spécialités poissons / bouillabaiss…
  • Epoca2

    Epoca (Testé)

    Une échappée belle à l’italienne signée Denny Imbroisi Aller simple au cœur des recettes t…
Charger d'autres articles liés
  • tako

    TAKO Gourmandises

    Article Télérama: « Tiens, il y a la queue devant cette petite façade noire à c…
  • saam

    Saam – coréen

    Cantine d’inspiration sino-coréenne Article Time Out: « Pour qui ? Les am…
  • mandoobar

    Mandoobar

    Restaurant coréen Spécialités: raviolis article « les petites tables &raqu…
Charger d'autres écrits dans ASIE

Laisser un commentaire