Tapas autour de la mer et vins natureinstagram-icone-nouveau_1057-2227 - Copie Facebook-icon-1

article Le Monde:

« Dans ce nouveau genre de restaurants qui vient de jaillir, il faut vite trouver le mode d’emploi. Bien souvent, ils reposent sur des petits plats façon tapas, un solide comptoir vrillant sur les vins nature, et des nuées de clients se serrant au coude-à-coude. À chacun de déjouer la canonnade, de sortir du taillis à point nommé. C’est le cas du Grand Bain, nouveau rade agrippé par la canaille gourmande dans le off de Belleville, à Paris.

En cuisine ouverte sur la salle, le Britannique Edward Delling Williams (ancien d’Au Passage, aussi vu au St John, à Londres) épaulé par son chef de rang (Édouard Lax). Le cuisinier a posé son socle dans un décor dénudé, post-industriel avec ses humeurs chafouines de béton, de fer, de bois, de lumières. Celles-ci brillent sans indulgence, comme le chef lorsqu’il dit – qu’il aboie presque – les intitulés des plats à ses partenaires de fourneaux.

Comme s’il y avait une urgence, quelque chose d’impérieux à sortir vite fait des entrailles de la cuisine des plats monosyllabiques. Et c’est bon, figurez-vous, bigrement affûté, à l’image de ces saint-jacques avec céleri-rave, de la seiche-potimarron-dashi ou encore de l’asperge-jaune d’œuf-noisette, du ragoût et ses gnocchis. Nourritures boxées, expéditives, tapant au centre. Il y a là comme une allégresse bienheureuse, de l’évidence et un réel plaisir autour de ces plats avides.

Pour les bucoliques souhaitant des séquences plus longues, il y a également du répondant : merlu entier (30 €) ou épaule d’agneau (45 €). Bien évidemment se cogner un coude-à-coude sonore n’est pas du goût de tout le monde. Mieux vaut dans ces cas-là devancer la contrariété, et surprendre le restaurant aux prémices ou tard le soir. En tout début de service, au bar (pas de réservations), le coup est plus que jouable : on hérite de la tranquillité, de l’attention du service et surtout de la mise sur orbite des cuisiniers. Puis, lentement, la salle se remplit. Elle bourdonne, vrombit, devient presque insupportable au moment où vous levez le siège. »

assiettes entre 4 et 11€. Vins au verre à partir de 4,50€

Chef: Edward Delling Williams

Testé un soir au bar
On nous conseille 2 à 3 assiettes par personne, à partager.
notre sélection: Panisse / tomates-anchois-nori / bar-olives-citron vert / lardo gougères / rillettes de maquereau / puis boulettes de bœuf / et cheesecake pêche romarin
2 verres de blanc (Muscadet et Sylvaner) pour les tapas de poissons puis 2 verres de rouge pour les boulettes (Loire)
Produits de qualité, bien cuisiné, original. Service sympathique, jolie salle et comptoir agréable.

adresse:
14 rue Desnoyez
75020 Paris
09 83 02 72 02
Métro Belleville
horaires:
ouvert tous les jours de 19h à 23h30

  • mandoobar

    Mandoobar

    Restaurant coréen Spécialités: raviolis article « les petites tables &raqu…
  • falafel café

    Falafel Café (Testé)

    Restaurant libanais Spécialités: Man’ouché (galettes cuites sur le saj, notre four t…
  • Yikou

    Yikou

    Créateur de Dim Sum indépendant Le savoir-faire des maîtres Chinois marié à une French Tou…
Charger d'autres articles liés
  • COINSTOT VINO

    Coinstot Vino

     Vins, planches de charcuterie, pâtes et plats cuisinés! Ouvert depuis février 2010, le Co…
  • istr-100

    ISTR – Happy Oyster

    Bar à huîtres et à cocktails Time Out: « Pour qui ? Les huîtrovores Le plat cul…
  • anna

    Anna (Bar & Restaurant)

    Petit bistrot / bar avec assiettes à partager Anna est la deuxième adresse d’Ariane …
Charger d'autres écrits dans APERO

Laisser un commentaire